Un siècle nous sépare du Sandalier de jadis ...


On raconte qu'au début de XIIème siècle, les fantassins du roi d'Aragon étaient chaussés d'espadrilles, mais à ce jour, personne ne peut précisément déterminer la naissance de cet artisanat.
Dès le 18ème siècle, l'espadrille est fabriquée dans le Béarn et en PAYS BASQUE par des artisans du chanvre et du lin.

C'est au début du XIX° siècle à MAULÉON, qu'une famille les BEGUERIE, se lance dans la vente d'espadrilles en grande quantité et collecte les paquets faits à domicile, à la main dans les villages voisins. Entre 1850 et 1880, la fabrication va passer du stade artisanal au stade préindustriel.

Ainsi apparait le fabricant de sandales: en fait ce n'est pas lui qui fabrique mais il organise et distribue le travail à domicile. Il achète le jute acheminé par le portde Bordeaux depuis les filatures d'Écosse et la toile héritière des tissages de linge basque.

Les ouvriers à domicile sont payés à la pièce; ils piquent, ils cousent, et montent les espadrilles à la main.
 
A partir de 1880, on fabrique l'espadrille en usine et en ville avec l'aide de machines de plus en plus perfectionnées. La fabrication de l'espadrille va connaitre une période de grande prospérité. Son usage se répand dans les mines du Nord de la France où, au fond, on use une paire par semaine. Cette nouvelle demande se traduit par la présence de 30 usines en Soule.

La main-d'œuvre locale manque rapidement. On fait appel à des saisonniers Espagnols d'origine NAVARRAISE et ARAGONAISE, le gros flot arrive, à pied évidemment, essentiellement dans les années 1890-1914.

Les jeunes filles sont les premières à venir en France, de l'automne en mai.
On les appelle les "Hirondelles". Les hommes viennent aussi mais à l'inverse des jeunes filles, ils ne retournent pas au Pays, car après la saison ils trouvent à s'employer comme bucherons, manœuvres, carriers etc...
 
A MAULEON, la main d'œuvre sandalière passe de 537 ouvriers en 1896 à 1585 en 1911. Les Espagnols représentant 65 à 80% des sandaliers. L'assimilation de cette population s'est bien réalisée : il y a du travail pour tout le monde. La population Espagnole s'est installée principalement dans deux quartiers de MAULEON : Licharre et la Haute-ville (les créateurs de la société MEGAM sont issus de cette population Espagnole qui ont acquis leur savoir faire de générations en générations).

Les premières difficultés apparaissent après la guerre 14-18 : à cette période, pour éviter les coups de grisou, on humidifie les galeries des mines, la semelle de corde des espadrilles ne peut y résister. Les difficultés induisent un renouvèlement des produits : la nouvelle sandale à semelle de gomme principalement. Dans les années 80 un nouveau coup est donné à la production par l'apparition d'espadrilles chinoises sur le marché. Les Artisans et Industriels Mauléonais, pour faire face à cette nouvelle menace, doivent faire preuve d'imagination et l'espadrille classique d'autrefois prend des couleurs et devient essentiellement une chaussure de détente et de loisir.

En utilisant de nouvelles matières telles que des toiles imprimées ou même du cuir, l'espadrille devient un accessoire de mode et de grands couturiers s'intéressent à ce phénomène pour présenter leurs collections.

Aujourd'hui, MAULEON demeure la Capitale de l'Espadrille et bien que l'effectif industriel à sérieusement régressé, nos sandaliers peuvent toujours faire face à une demande croissante d'une clientèle plus exigeante dans la qualité du produit ...

Espace client 

Rester connecté

La société Espasoule 

Suivre Espasoule

Carole Pro Photographe